Never gone...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Never gone...

Message par Finn Everstone le Lun 6 Mar - 23:14





   Finn Everstone

ID CARD


© ezek
Nom : Everstone
Prénom(s) : Finn
Âge : 25 ans
Date de naissance : 23 juillet 1992
Nationalité : Américaine
Groupe : Like a Virgin
Situation : Paumé
Métier : Cascadeur (moto)
FT Sam Way

Charmes du Corps
J'ai pas de tatouages, je me suis jamais teint les cheveux... En fait, j"me sens mieux au naturel. Chais pas si j'aurais plus l'air de me la péter en disant que ma condition physique l'est aussi, ou pas. Evidemment que je fais du sport, et que c'est pour ça que je suis gaulé comme ça, et ça me plait, mais je cherche pas à être body buildé non plus... Pis je fais du basket depuis que je suis gamin alors... Ado j'étais dejà relativement charpenté. Après c'est sûr que si j'arrête, bah... J'f'rai du gras comme tout le monde.
Beaucoup de gens disent que mon frère et moi, on a le même regard... Une chose et sûre, c'est qu'on a besoin de rien d'autre pour se comprendre la plupart du temps. Et d'ailleurs, on nous prend souvent pour des jumeaux... 'Fin... Surtout quand on était gosses... Maintenant... Quand on voit ce qu'il a fait à ses cheveux... *pouffe de rire* Rigooooole Cilvan  j'décooooone ! Je DE-CONNE !! J'adore ta tignasse...

D'une manière générale, on me voit souvent en train de sourire ou de faire le con, parce que je trouve ça plus sympa que de faire la gueule. Par contre, si je serre les dents... C'est qu'il faut plus grand chose pour que je me mette à cogner... Alors cours. Et vite. Loin aussi, parce qu'on me sème pas comme ça, tu penses bien...

Ah si... Un signe vraiment distinctif, y'en a un, en dehors du fait que je me balade souvent en roller ou en skate en plein New-York... C'est l'impact de la balle... Sur mon flanc gauche... J'ai une cicatrice, et j'ai encore du mal à la regarder trop longtemps...

Nuances du cœur & état d'esprit

Je crois que tout le monde a pigé. Je suis un pitre. Ok, on revient pas dessus. Ca fait de moi quelqu'un de très sociable, et j'aime bien rencontrer des gens, tachatcher, me faire des potes, même le temps d'une soirée. Pis je dois même reconnaitre qu'avant Jessalyn, j'étais du genre à aimer faire chavirer les coeurs. Maintenant qu'elle est partie, je recommence un peu à le faire, mais c'est plus pour me persuader que je suis pas bloqué dans le passé, que par réel amusement... J'essaye vraiment de tourner la page, et j'espère que j'arriverai à le faire, parce que c'est chaud d'avancer, de se reconstruire en pensant tout le temps à une nana qui elle, a refait sa vie... Mais bon, j'ai pas touché d'autres filles depuis... Et avant, rien qui vaille la peine d'en parler... Du coup... Voilà. Y a des moments où je fais des blocages pour des trucs cons, parce que c'est ma tête qui veut pas. Même si... J'ai besoin de tendresse, je le sens... Et... Je me souviens... Je sais que c'est sympa un moment de laisser-aller... Mais... Bref. Je me vois mal dire à une nana "vas-y on se lance, et si j'y arrive pas, le prends pas mal, c'est que je pense à mon ex..." En gros, de ce coté là, c'est bien la merde.

Mais j'avance hein, j'ai toujours mon frangin, sa puce, des nouveaux potes, et un job qui déchire. Ca me fait vraiment du bien. Ca me vide la tête. Parce que depuis l'accident, je supporte plus de me retrouver dans le noir complet, les bruits trop soudains me font flipper, et des fois je me tape des crises d'angoisse, sans comprendre le pourquoi du comment.... Ma tête s'embrouille et... Vous voyez le genre. alors je fais de mon mieux pour pas trop y penser... En parler un peu quand vraiment je pète un cable... Et avancer. Construire. Protéger... Parce que j'ai besoin de ça pour m'en sortir.

STORY


"I need a little room to breathe... "Meet me at six - Room to breathe
© ezek

Le coma… Cet état second dans lequel on n’est pas mort… Mais pas complètement vivant non plus… Et pour moi… C’était encore moins vivant que les autres... Et pour cause… La première chose dont je me souviens, c’est ce bruit assourdissant. Ceux des balles qui fendent l’air. Enfin, pour être plus juste, c’est la dernière. Avant le trou noir…  On peut pas dire que j’ai rien senti, nan… Mais tout est allé relativement vite. En fait je devais perdre trop de sang pour que ma tête marche correctement. La panique, par contre, je la sentais bien… J’aurais voulu les rassurer, mais… Néant…
M’enfin… Revenons au pourquoi… Et ça, ça remonte à loin. Mon frangin semblait m’attendre, à peine j’avais pointé le bout de mon nez. On a toujours été très fusionnels, sur tous les plans. Oui, oui, même les conneries. Quand Nif et  Cilvan entraient en action… Bah… C’était pas franchement reposant pour notre père. Il nous punissait de temps en temps, mais jamais rien de bien méchant… Il nous adorait, et on lui rendait comme peuvent le faire des mômes. Notre mère on n’a pas cherché à lui courir après longtemps… En fait, dès qu’on a été assez grands pour comprendre que c’était une sale mesquine et dire que moins on la voyait, mieux on se portait. C’est comme ça qu’on s’est retrouvés à Londres à environ treize piges. Papa broyait du noir, et il avait besoin de changer d’air. Moi je pouvais plus voir ma mère en photo… Cal' s’est plongé dans la peinture. Il exprimait sa colère là dedans… Et tout ce qui le touchait en général. La génitrice trouvait ça bohème et futile. Perso, je trouvais déjà qu’ado il avait un truc… Un genre de sensibilité qu’il savait faire passer avec son pinceau. Je trouvais ça assez fort, surtout que moi c’était pas mon rayon… J’étais plus musique et sport pour extérioriser, surtout le basket.

On n’a pas passés longtemps livrés à nous même… Un sourire et un regard pétillant nous on vite embarqués dans son monde. Les années qui ont suivies ont été les plus belles de ma vie… Calvin et Jessalyn étaient chacun une partie de mon air… Et pour rien au monde j’aurais voulu changer ça. C’est en me promenant dans les rues du vieux Londres que ma vocation m’était apparue… Toutes ses époques, ses styles, ses formes… Les proportions et les éléments de physique logiques me venaient naturellement. C’est pour ça que je m’étais lancé dans des études d’architecture dès que j’avais pu choisir mon orientation. Papa a eu l’air contente, et tant mieux… Sinon ça aurait été pareil. Ma mère ? Pas de nouvelles. Le moins possible. Savoir qu’elle était vivante s’était le strict minimum, et le max que je pouvais tolérer. A 16 ans je me lançai donc dans un cursus en filière pro. Pas évident de se choisir un destin à cet âge… Mais mon frère me soutenait et le sourire de Jessalyn ne m’avait plus quitté. Ca faisait déjà presque un an qu’on était ensemble, et ça paraissant toujours aussi nouveau et naturel. Bien-sûr, on avait appris à se connaitre… Se compléter.  Mais on ne s’ennuyait jamais.
Faut dire qu’avec tout ce qu’on pouvait faire endurer à mon frangin… Il aurait fallu être difficiles… Mais on l’aime… Tellement qu’on voulait qu’il pense à nous h 24, comme nous on pouvait penser à lui, alors oui… On déployait des trésors d’imagination pour ça… C’est mignon, nan ?

Bon… Je sais pas si c’est parce qu’il en pouvait plus de craindre de bouffer un truc dégueu, de plus retrouver ses fringues ou de se prendre un truc sur la caboche, mais il a dit vouloir retourner à NY pour pouvoir exposer son talent. Avec Jess on l’a regardé partir avec tout le soutien possible… Mais décidément, on pouvait pas restés séparés. Lyn et moi étions tous les deux d’accord là-dessus alors cette fois, c’était à moi de l’embarquer. On a vite fait remis le grappin sur le frangin, et la colo a repris puissance 1000… Pour le coup, était tous ensemble h24… Alors, des hauts et des bas… Des engueulades, des petites joies, des grands bonheurs… En gros, les plus belles années de ma vie… On avait tous grandi, et pourtant, on avait cette impression que rien n’avait changé… Du diamant brut… D’ailleurs en parlant de ça, c’est en revenant là-bas que j’avais demandé l’amour de ma vie en mariage… J’avais à peine 20 ans, ouais… Mais on avait déjà vécu tellement de choses ensemble… C’était évident que seule la mort pourrait nous séparer…  Enfin y’avait quelques ombres au tableau quand même… Mon frangin a jeté son dévolu sur une nana.. Faut voir. Le genre à ne pas être dégueu et à le savoir… Du coup elle battait des cils dès qu’elle croisait le regard d’un mec… Même moi. J’avais beau être avec  ma Lyn… Elle faisait ça en scred. Le fantasme de l’homme à corrompre avant le mariage… Allez savoir. Mais j’ai dû la remettre copieusement en place. Elle m’a plus trop emmerdé avec ça après. Mais le truc qui m’avait fait tiquer à l’époque, c’est que plutôt que d’avoir une prise de conscience, elle a eu l’air frustrée… Frustrée que je lui résiste. Sérieusement. J’en ai parlé à Jess qui a bien failli aller lui décoller la mâchoire. Mais bon je préférais en parler à mon Calou avant… M’enfin, il était trop aveuglé pour  vouloir admettre que le phénomène ne s’appliquait pas qu’à moi… J’espérais franchement me tromper…
Les choses allant bon train j’étais en passe d’obtenir ma licence de coach.  Le diplôme d'architecte coûtait vraiment cher, et... Jess voulait tellement devenir médecin, qu'il a fallu faire un choix, alors je me suis rabattu sur le sport. Faut dire que j'avais eu un sacré mentor qui ne demandait qu'à transmettre ses ficelles avant de prendre sa retraite. Respect. Je l'avais aidé à retaper une petite maison qu'il comptait vendre avant de couler des jours pénards ailleurs. Quand j'étais allé le voir avec Jess, il nous a carrément dit qu’il voulait que ce soit nous qui habitions dedans... Sur le cul qu'on était... Et pour un prix symbolique en plus. Du coup, on devait en acheter plus que le terrain. Sacré économie, mais bon je gagnais pas encore des masses. Mais Jess bossait déjà de son coté, alors, puisqu’elle avait accepté de devenir ma femme, ça devrait plaider en notre faveur, quand même. C'était pas trop loin de Calou, hein, on change pas une équipe qui gagne. Mais on voulait tenter le coup malgré nos revenus carrément modestes, alors on s’est pointés à la banque pour voir comment on pouvait négocier un prêt… Notre choix s’était arrêté sur une petite maison. Le gros œuvre était fait mais il restait tout un tas de travaux à faire. Je ferais le max moi-même. Ce serait un bon moyen de mettre mes compétences en pratique, et puis de faire des économies aussi. Pas négligeable. Du coup on s’était pointés au rendez-vous, heureux, mais stressés à l’idée du refus. On avait bien dû attendre vingt… Vingt-cinq minutes avant d’être reçus par un conseiller. Cinq minutes qu’on parle, et là, bordel géant… Ya deux mecs cagoulés qui rentre dans la banque en gueulant, des flingues à la main. Forcément on a eu la trouille. L’un des deux mecs braquait le gars du guichet pour faire ouvrir le coffre et l’autre balayait la foule avec son arme pour que personne ne cherche à se tailler… Puis… Elle s’est arrêtée sur nous. Le mec des coffres était pas assez coopératif, et ça commençait à leur taper sur les nerfs. Résultat, ils allaient descendre quelqu’un… Le gars au flingue nous tient en joue, instinctivement je fais un pas pour me retrouver devant Jess… A peine  j’avais fais ça qu’un bruit assourdissant retentit…  Pas le temps de réaliser ce qu’il se passe, la pièce tourna, tout le monde cria. Je baissai les yeux vers l’impact, juste sous mes cotes. Irréel. Ca ne pouvait pas être vraiment arrivé… Je n’entendais plus rien… Et là, retour au néant dont je parlais au début.



J’ouvre les yeux… Plus tard. Murs blancs, blouses, désinfectant… Bip bip bip… Bordel… J’ai eu un temps avant de vraiment me rendre compte où j’étais. Sous sédatif en permanence, j’avais pas trop posé de question. Ma cervelle pionçait. Et elle a pioncé près d’un an et demi après que mon corps ait « repris du service » si on peut dire ça comme ça. Je devais retrouver mes fonctions… C’est que j’étais sportif, et que ma masse musculaire avait pris un sacré coup. Du coup, j’avais été bon pour la rééducation intensive. Après ces fameux un an et demi, on m’a réduit mes doses. Il fallait aussi que mon cerveau se remette… Mais miraculeusement, y ‘avait pas trop de séquelles… Enfin, de lésions je veux dire. Sur le coup, je m’étais dit que c’était un genre de miracle… Mais loin de là. Mon coma avait été artificiel. En gros, j’aurais dû clamser de mes blessures, mais je ne sais qui a pris la décision de me maintenir en vie et de surveiller mon état tout ce temps. J’ai même pas pu demander qui, puisque j’ai eu ses infos dans le dossier remis à ma sortie d’hôpital.  J’ai aussi appris là-dedans que j’avais été déclaré mort… Sous protection judiciaire.Ca expliquait la réaction de Jessalyn quand elle m’avait vu… Je devais être mort depuis 3 ans… Même si je ne savais pas encore le pourquoi du comment concernant la justice, quelque chose me disait que ça allait encore me plaire… ironie
Alors maintenant je suis comme un fantôme revenu hanter… Sa nouvelle vie… Oui parce que… Moi je suis toujours le même, c’est le monde autour de moi qui a changé. Me voilà à présent spectateur des ruines de ce qu’avait été ma vie… De ce qu’elle aurait pu être. Me restait plus qu’à espérer avoir les épaules pour… En faire autre chose, à défaut de pouvoir tout reconstruire… Mais c'était pas gagné... J'en ai pris plein la gueule par tout le monde. Elle avait le droit de souffrir, et moi je devais juste encaisser, et comprendre sa douleur. Inutile de dire que j'ai pété les plombs. Et pas qu'une fois. C'est quoi cette mentalité de merde? De son coté à elle, et de son nouveau mec, personne pouvait me blairer.... Chaud de retrouver ses marques quand tout semble à la fois familier et hostile.

Une fois encore, j’ai pu compter sur mon frangin… Après tout ce qu’il a pu morfler en me croyant mort… J’ai passé des nuits à chialer comme un con par culpabilité de les avoir abandonnés… De leur avoir infligé autant de peine… D’avoir démoli tout ce qu’on avait construit tous ensemble… Mais Calou a tenu le coup, et il avait même refait sa vie… Avec une nana avec qui il allait se marier, et je l’aimais bien… Vraiment. Elle a fait beaucoup pour m’aider à avancer, pour que mon frère puisse voir sa fille… Parce que pendant que j’étais out, Calvin a appris qu’il était papa. Du coup, chuis tonton !  Et ça, ca en jette ! Même si c'est Lexie la mère... Mais bon, ça, faut faire avec...

M’enfin… Madison faisait crise sur crise, et elle a fini par se casser pour… « Réfléchir ». « Prendre du recul ». Mais dans le fond, j’ai pas trop d’espoir qu’elle revienne, et j’essaye d’y préparer Calvin, sans remuer le couteau dans la plaie. Jess a fait pareil. A croire qu’elles se sont passé le mot. Bref. Ca ma fout bien les nerfs, et j’avoue que je fais des crises d’angoisse encore… C’est que… Toute cette histoire est lourde, mais je prends sur moi. J’essaye. Heureusement que j’avais fini par emménager –pas trop loin- seul. Comme ça, quand ça a bien clashé, j’ai pu récupérer mon Cilvan et sa petite puce. J’ai pas gardé le boulot que Madison m’avait dégoté à son journal, à la rubrique sportive. C'était cool comme job, mais bon... Mon truc à moi, c’est l'action. Et... Les cascades à moto... Voilà quoi Une vraie passion de gosse, alors j'ai encore viré de bord,  et je suis à fond dedans maintenant. Et ça paye plutôt bien, si je passe assez de castings. Le frangin expose pas mal, donc à nous deux, on peut assumer l’appart sans problème, et faire plaisir à Lily. Et à-vrai-dire, le sourire de la gosse passe bien avant tout ce bordel... Parce que cette histoire de fusillade est pas finie, on a encore un procès qui se prépare. Ca fout une sacrée pression... Alors quand ça monte trop, de temps en temps, je sors m’aérer la tête avec Morticia et son frère, et Calvin va peindre avec Gaëlle… On respire un grand coup, et on avance… Alright. Il en faut plus pour en venir à bout de Cilvan et Nif, ma gueule.


AND YOU ?!


*Passe le micro au créa*

Non parce que... C'est quand même grâce à nos  cerveaux en ébullition qu'on en est là, alors... On se garde un peu de place quand même... *ahem*

Prénom/Pseudo : Lady Crow
Age : 23 ans
Comment es-tu arrivé(e) jusqu'à nous? I am this voice in the Wind
Expérience dans le rp :  Voltigeur aguerri
Taux de présence estimé : Still there
Envie d'en dire plus? : Life is a gift.


Dernière édition par Finn Everstone le Mar 14 Mar - 23:49, édité 8 fois

Finn Everstone
is Nif

avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 06/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Never gone...

Message par Lubia Frischmann le Lun 6 Mar - 23:22

Oh Gomez te voilà enfin :*-*:
*Souris et va déposer un bisous sur sa joue*
Ta place pour les gaufres, gâteaux maison et sortir de roller sont réservés! Je t'attend ! :Cute:

_________________

My Life ♥️

Lubia Frischmann
is Morticia

avatar
Messages : 36
Age : 26
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : New-York
Emploi/loisirs : Etudiante en droit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Never gone...

Message par Calvin Everstone le Mer 8 Mar - 22:23

Mon Crapaud à roulettes :Mimi:

Calvin Everstone
is Magic boy

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 05/03/2017
Localisation : Chez Finn
Emploi/loisirs : Artiste Peintre
Je suis : Père célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Never gone...

Message par Finn Everstone le Mar 14 Mar - 22:39

Bwaaaaaahhh mon ouistiti rayé :Excited:

Finn Everstone
is Nif

avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 06/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Never gone...

Message par Lubia Frischmann le Mer 15 Mar - 6:23

Tout est parfait mon Gomez ! :Cute: on va pouvoir aller mangé des gaufres !! :*-*:

_________________

My Life ♥️

Lubia Frischmann
is Morticia

avatar
Messages : 36
Age : 26
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : New-York
Emploi/loisirs : Etudiante en droit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Never gone...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
is


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum