Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Gabriel Shades le Mar 28 Mar - 11:16

Previously:



Gabriel

J’avais passé la journée, et une partie de la soirée à un festival. Certes, j’avais les drogues en horreur, mais les gens ne sont pas insistants sur le sujet dans ce genre d’endroit. La foule est si immense que les vendeurs savent bien qu’ils trouveraient preneurs.
J’étais allé là bas, d’une part pour la musique, les groupes peu connus et portant bel et bien talentueux qui passaient toute la journée, mais aussi les autres artistes… Peintres, tatoueurs, et autres maquilleurs exposaient leur talent à qui voulait bien les voir. J’en avais pris plein les yeux. Et bien que j’y sois allé seul, j’avais eu l’occasion de discuter avec des gens fort sympathiques. Je n’avais pas passé tant de temps sans compagnie au final.

Ne voulant pas prendre le risque de voir ma moto dégradée, ou même volée, tout le monde n’étant pas bien intentionné, j’avais préféré utiliser les transports. Mon look me promettait une tranquillité relative. Evidemment il n’y avait pas de risque zéro.  Mais mes tatouages, mes cheveux rouges assortis à mes lentilles, intriguaient autant qu’ils rebutaient. Certains réagissent violemment parfois. Mais bon. Globalement, je n’avais pas eu trop de problème.

L’heure du retour était arrivée. La nuit était douce, mais fraiche. En arrivant à la gare, je vois que le train sera retardé. Je soupirai en sortant une cigarette, adossé à un mur. Heureusement que je n’étais pas pressé. La tête encore pleine de sons et d’images, avec un peu de chance, je ne verrais pas le temps passer…


Calvin



Il est rare que je prenne une journée hors de New York, de une je n'ai pas forcément l'argent pour me payer un billet de train et puis je n'ai pas le budget pour me payer des vacances … Mais ce festival, je l'attendais depuis longtemps, et j'y vais tous les ans. C'est l'occasion de passer un bon moment, et de trouver éventuellement quelques bons contrats vu tous les artistes présents. L'année dernière j'étais tombé sur un galeriste qui m'a permis d'exposer pendant quelques semaines chez lui, et ça m'avait permis de rencontrer des acheteurs et donc, de faire rentrer un bon revenu. Bref, c'est le meilleur moyen de mêler l'utile à l'agréable.

Ma pochette à dessin sous le bras, j'avais passé une journée en or. A discuter avec les artistes, à écouter la musique, à boire de la bière … Bref, le paradis. Cela fait du bien de décrocher de la vie quotidienne, des tracas et des emmerdes. Et c'est pour ces moments là que je trouve que je mène une vie de rêve. Peu importe les problèmes d'argent, peu importe le fait que j'arrive très rarement à finir un mois dans le vert … J'aime ma vie, j'aime mon métier, et je ne regretterai jamais ces choix là.

J'arrive à la gare, pensant avoir loupé mon train, mais c'est avec soulagement que je me rends compte que celui-ci a du retard. Oui, des fois les retards des services ferroviaires arrangent certaines personnes. J'attends patiemment quelques minutes mais le retard semble se creuser. J'ai alors un doute, je vérifie plusieurs fois mon ticket, comparant le numéro du train affiché sur mon ticket et celui affiché sur le tableau … Il semble être pareil … Mais là ça va faire quarante cinq minutes que j'attends … Je grimace et m'approche d'un jeune homme qui semble, lui aussi, attendre.

-Hey ! Toi aussi tu attends le train pour New York? C'est abusé n'empêche autant de retard …

Gabriel

J'avais fini par sortir un écouteur de la poche de ma veste en cuir sans manches, au col clouté pour le glisser à mon oreille. Ne voulant pas être complètement fermé au monde extérieur et prendre le risque de manquer une annonce concernant mon train, je m'abstins de mettre les deux.
Les yeux clos, je m'étais inconsciemment mis à battre la mesure, toujours adossé à mon mur. Un sourire flottait toujours à mes lèvres.

La voix d'un homme me fit rouvrir les yeux, dévoilant ainsi mon regard flamboyant dans la pénombre. Je n'avais pas entendu ses pas. J'ignorais même à-vrai dire s'il s'adressait à moi. J'avais fini ma cigarette depuis un moment quand la silhouette du nouvel arrivant vint dans ma direction. Un jeune homme avec une pochette à dessin... Le rêve continuait, pensais-je, toujours naïvement émerveillé de croiser la route d'un artiste. Je retire mon écouteur pour lui répondre, mon sourire élargit par la bonne humeur de mon interlocuteur.

"Oui, en effet... Je ne saurais dire depuis combien de temps je suis là, d'ailleurs."


Joignant le geste à la parole je sortis mon téléphone de ma poche pour avoir une idée de l'heure, et levai les yeux au ciel en soupirant.

"Presque une heure... Ils rêvent s'ils comptent me faire payer un ticket" Dis-je avec un sourire espiègle.

En temps normal, je l'aurait vouvoyé, comme je le fais avec quiconque que je n'ai jamais rencontré auparavant... Mais puisqu'il avait été familier, sans être insultant, j'allais répondre sur le même ton.
Attardant mon regard sur sa pochette à dessin, je la désignai du menton.

"Et toi, tu viens du festival?"


Je sortis une cigarette de la poche intérieure de ma veste et lui tendis le paquet, au cas où... Une cigarette passait le temps. Tout cela sans le quitter des yeux... Non pas que je me sente obligé d'attirer à moi tous ceux qui me parlent, mais il fallait bien avouer que ce jeune homme était agréable à regarder...


Calvin






Le jeune homme que je viens d'aborder semble être dans mes âges, même si un petit quelque chose semblait lui donner plus de maturité que de ses pairs. Quelque chose dans son regard, dans sa façon de se tenir … Enfin … Il faut que j'arrête d'observer autant les gens. Des fois cela peut paraître gênant pour certains.

-J'ai bien peur que ça ne soit pas négociable avec eux. C'est qu'ils ont la tête dure ! Lui répondis-je sur le même ton.

Je regarde autour de nous. Il y avait très peu, voir personne, à part nous. Ils n'auraient quand même pas jugé inutile de faire partir un train car trop peu de personnes ? Mais bon, rien ne presse. Personne ne m'attend dans l'immédiat.
Suivant son regard, je vois qu'il désigne la pochette cartonnée, toujours présente sous mon bras. Je souris donc légèrement en hochant la tête, ravi qu'il ait fait le rapprochement.

-C'est exact, toi aussi ? J'y vais tous les ans depuis que je suis à New York. C'est super sympa pour rencontrer les artistes et discuter … Sans compter les groupes de musique présents !

J'ai la tchatche facile, et je n'ai pas besoin de beaucoup connaître la personne à qui je m'adresse pour lui parler librement, surtout que le jeune tatoué ne semble pas totalement fermé à la discussion. Je décline poliment la cigarette qu'il me propose d'un léger signe de main. Si avec Finn nous avions déjà fumé, allant piquer des cigarettes à notre père de temps à autre, je n'avais jamais accroché. Tant mieux d'un côté … mais ça n'empêche mon addiction d'être portée autre part, à savoir l'alcool. Mais ça n'est pas le sujet.

-Moi c'est Calvin. Annonçais-je avec un sourire plus large, lui tendant ma main libre.

Gabriel




Je haussai les épaules quand le jeune homme dont j’ignore encore le nom quand il m’annonce être résigné à payer son titre de transport.

« Certes… Ils ont la tête dure… Mais J’ai des arguments. » Répliquai-je en relâchant la fumée vers le ciel pour ne pas incomber mon compagnon inattendu.

Sa réponse à ma question capte toute mon attention. Je m’écarte instinctivement du mur en rangeant mes cigarettes à l’intérieur de mon perfecto. Mon regard s’illumine malgré mes lentilles.

« Je suis complètement d’accord avec toi… C’était démentiel ! » approuvai-je avec un enthousiasme immanquable. « Et... Tu as exposé, ou… Seul le spectacle incroyablement divers t’a attiré par ici ? »

J’ai approché de lui d’un pas ou deux sans vraiment m’en apercevoir. Certes, j’ai des tendances à être timide quand je me trouve en présence d’inconnus en dehors de mon travail… Mais voilà… L’art et la passion qu’il suscite crée des liens. Je prends donc  sa main tendue avec un réel  enthousiasme.

« Gabriel ! Enchanté ! » Dis-je en le relâchant doucement, le regard enjoué.

Je jette un coup d’œil blasé vers le guichet.

« Il ne manquerait plus qu’ils nous fasse le fameux coup du « Navré messieurs, mais il n’y a plus de trains à cette heure-ci. » Je lève les yeux au ciel « Dans quinze minutes, je vais aller voir un peu quelles excuses ils nous ont préparées… »

Calvin

Le tatoué semble partager mon euphorie quant à ce festival qui s'était clôturé il y a quelques heures à peine et dont l'ambiance faisait encore battre mon cœur. Je trouve cela génial que, même en dehors du festival, de pouvoir partager avec les autres festivaliers, se renvoyez nos impressions et échanger des souvenirs communs.

-J'avais exposé il y a deux ans … mais depuis je me contente de venir en simple spectateur. Mais ça ne m'empêche pas d'emmener mes dessins aussi … au cas où.

Mon sourire se perd un instant... La vérité étant que j'ai arrêté d'exposer là bas depuis la mort de Finn. Je n'ai plus osé depuis …
L'homme se présente à son tour, ce qui me permet de retrouver mon sourire et d'échanger avec lui une poignée de main enjouée.
J'acquiesce par la suite et jette naturellement un regard au guichet. Seulement, je commence à m'inquiéter quand l'homme qui tenait le guichet commence à tirer la grille en métal. Je grimace et lance un regard à mon compagnon.

-Je crois que tu ne pensais pas si bien dire …


Sans plus attendre, je m'approche de l'employé, de plus en plus inquiet …

-Excusez moi Monsieur … Nous attendons le train pour New York depuis longtemps déjà et …


-Le train pour New York ? Le prochain train pour New York ne part que demain matin …


Je le regarde, incrédule avant de chercher du regard Gabriel …


Gabriel



Je vois revenir Calvin avec une tete qui m’annonçait que rien ne se passerait comme prévu. Nous n’aurions pas de train. Alors quoi ? Comptait-il rentrer en taxi ? Personnellement, c’était bien au dessus de mes moyens, surtout à une heure pareille. Le stop était une option, mais elle resterait un dernier recours. Pour le coup, mon apparence ne jouerait pas pour moi… Et puis je pouvais aisément comprendre que les gens ne s’arrêtent pas en pleine nuit… Où bien… J’avais toutes les chances de tomber sur des énergumènes en quête d’action, et n’avait pas envie de ce genre de frissons ce soir.

Je haussai donc un sourcil, et vint à la rencontre du peintre avant de héler à mon tour l’employé qui s’apprêtait à partir.

« Monsieur… Veuillez m’excuser… Il serait de bon aloi de nous permettre un déménagement… J’entends par là… Une attestation comme quoi, le taxi qui va nous ramener sera réglé par la compagnie… N’est-ce pas ? »

J’avais achevé ma phrase en interrogative simplement pour ne pas paraitre trop frontal. Mais en réalité, ça n’en était pas une. L’homme se tourna vers moi, surpris d’abord par mes propos, puis complètement nonchalant.

« J’ai pas les moyens de prendre ce genre de décision… Au mieux vous pouvez écrire pour peut-être vous faire rembourser. »

A peine avait-il terminé sa phrase qu’il se dirigeait déjà vers le parking… Aussi continuai-je à marcher dans sa direction.

« Pardon mais j’insiste. Nos billets ont été réglés à l’avance. Et rien ni personne ne nous a signalé qu’un changement avait été opéré. »

Un léger sourire se dessina sur mes lèvres.

« Je suis certain que d’une façon ou d’une autre, nous trouverons un arrangement… Car voyez- vous… Nous avons une réservation qui nous attend à New York… Et vous n’avez aucune envie de payer la facture… » Affirmai-je.

J’avais enfin capté l’attention du guichetier. J’ignorais si c’était plus à cause de ce que je disais ou du ton de ma voix… Mais il me regardait perplexe. J’en profitai pour reculer, et lancer à Calvin un regard entendu avant de laisser mon expression se faire prometteuse… Prometteuse d’une fièvre à partager. Il ne me restait plus qu’à prier pour qu’il rentre dans mon jeu… Sinon, tout tomberait à l’eau. Ça aurait été dommage, il avait l’air vraiment sympathique… C’est la raison pour laquelle j’avais naturellement parlé en nos noms à tous les deux.
Une fois de nouveau à la hauteur du peinte je glissai ma main dans la sienne en prenant soin de le frôler sans que nos corps ne se touchent vraiment… Étant donné que j’ignorais sa réaction, je ne voulais pas aller trop loin.

«Si tu savais depuis combien de temps j’attends ça… Depuis que je t’ai laissé ici la dernière fois… Trop longtemps…» Dis-je relativement bas, mais assez haut pour que l’employé capte au moins le ton de ma voix… Je me mordillai la lèvre, avec un sourire lourd de sous entendus… J’aurais bien fait mine de venir embrasser le creux de son cou… Mais… Loin de moi l’idée de vouloir le brusquer…

Calvin



Même si il en fallait beaucoup pour ternir ma bonne humeur ce soir, ce dérangement inattendu afficha tout de même un nuage noir au tableau … Je n'avais pas les moyens, ni pour me payer un hôtel, ni un taxi. Et je n'avais pas prévu de passer la nuit dehors. Pas comme si je l'avais jamais fait, mais après une telle journée, je rêvais déjà de retrouver mon lit. Affichant une petite moue, j'observe Gabriel tenter sa chance. Mais quand je croise son regard aux allures … aguicheuses ? Je suis d'abord un peu décontenancé, puis je comprends rapidement qu'il s'agit là d'un jeu, une parade pour d'une part retenir l'attention de l'employé de gare, et trouver un dédommagement rapide. Je n'ai jamais été attiré par les hommes, et je ne le serais jamais. Mais le jeu me fait sourire intérieurement alors que j'entre progressivement dans mon rôle. Étrange qu'un inconnu agisse comme ça avec moi, mais j'aime son caractère. Il n'a pas froid aux yeux. Il ne manquait plus qu'à espérer que mes talents d'acteur ne me fassent pas défaut. Lorsque je sens sa main se glisser contre ma paume, mes doigts s'entrelacent aux siens lentement. Bon ok c'est très bizarre. Mais je tiens mon rôle. Je croise son regard, tintant le mien d'une lueur que je veux fiévreuse, une certaine réserve de ma part me faisant passer pour un amant timide.

-Rien ne nous retiendra cette fois-ci … Lui répondis-je sur le même ton.

Avant même d'avoir fini ma phrase, mon regard coula sur le guichetier que j'aurai parié voir rougir, mal à l'aise, faisant mine de fouiller dans ses poches. Le regard que je lui lance est porté par une lourde interrogation muette, suite à ma réplique. L'employer se racle la gorge et regarde autour de lui, comme si il cherchait de l'aide dans cette gare déserte.

-Je …

Voyant son embarras, je décide de le pousser encore plus dans ses retranchements et glisse ma main libre sur la hanche de mon compagnon de jeu, rapprochant davantage nos corps l'un de l'autre et le regarde en me mordillant la lèvre, une lueur impatiente dans le regard.

-Je pourrais pas attendre davantage …


Pour rajouter encore plus de réalisme, mes joues se mettent à chauffer malgré moi quand je prononce ces mots.

Gabriel

Je suis soulagé de voir qu’il entre plus ou moins naturellement dans mon jeu. Non seulement parce que ça va rendre la scène plus crédible, mais aussi probablement parce que ça signifie qu’il ne portera pas plainte. Après tout, je suis bien le seul à connaitre mes intentions. Il lie ses doigts aux miens… Je me place donc face à lui mon regard brûlant plongé dans le sien, et honore son invitation en réduisant la distance entre nous. A dire vrai, il m’inspire vraiment ce jeune homme… Mais j’aurais bien l’occasion de me rendre compte à quel point, plus tard. De ma main libre j’effleure sa joue aux traits indéniablement plaisants. Une partie de moi aurait aimé s’attarder sur la courbe tiède de sa gorge, pour sentir son pouls pulser sous mes doigts… Plus vite… Plus fort à mesure que les secondes s’égraineraient… Mais non. Je devais me ressaisir. Ne pas me laisser dépasser par le jeu. Surtout si je n’étais pas certain qu’il y prendrait autant de plaisir que moi. J’aime provoquer la souffrance, uniquement quand elle est méritée… Ou souhaitée. Or, la soirée ne portait pas là-dessus.
Alors, je me contentai de mordiller ma lèvre inférieure tandis que mon pouce terminait sa course en retraçant la pulpe de la sienne. Je lâchai un long soupir, comme on réprime ardemment un baiser en réponse à ses mots, avant de reporter mon attention sur le guichetier, mes yeux rouge perçant mon expression fiévreuse.

« Cette réservation est… A la mesure d’une attente trop longue…. Comprenez bien qu’il y ait des instants si précieux que rien n’est trop beau pour les immortaliser… Alors si une faute professionnelle faisait tout tomber à l’eau… Je doute que nous en restions là. »

Peu importait que la réservation et le compte en banque soient réels ou non. Si je donnais l’impression d’y croire, mon public y croirait. Les personnages ne prennent vie que si ceux qui les incarnent les croient vivants…

« Une note de frais pour un taxi vers le centre de New-York ne peut que vous revenir moins cher qu’une réservation perdue… Même en tarif de nuit. »


Mon interlocuteur continue à chercher dans ses poches, visiblement de plus en plus mal à l’aise.

« Mais… Toutes les enseignes proposent des assurances annulation, même à la dernière minute, maintenant. »

J’esquisse un sourire qui n’avait rien de concilient, et laisse glisser ma main depuis le visage de mon partenaire improvisé, jusqu’à son torse en un geste lent pour lui laisser le temps de faire dévier ma main comme bon lui semblait s’il jugeais que je dépassais les bornes, sans risquer qu’un éventuel effet de surprise ne discrédite notre couverture.

« Une annulation est absolument inconcevable… » Ronronnai-je presque.

Enfin, une clé émerge de la poche d’une profondeur probablement abyssale dans laquelle la main de l’employé était plongée depuis bien deux minutes, montre en main.

« Et… Si je fais un crochet par Manhattan… Ca vous irait ? »


Je consulte mon acolyte du regard. Enfin la conversation prenait un tour intéressant… Il ne tenait qu’à lui… S’il s’en sentait capable, de jouer le jeu un peu plus longtemps…

Gabriel Shades
is the crow

avatar
Messages : 63
Age : 25
Date d'inscription : 24/02/2017
Localisation : New-York
Emploi/loisirs : Danseur / Serveur / Barman

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Calvin Everstone le Mer 12 Avr - 14:59


   

   

   
Train trouble

   

   Tout en tâchant de ne pas faire tomber notre couverture, j'admirais le jeu d'acteur de mon acolyte, nouvellement rencontré. Et si il ne jouait pas ? Je veux dire … si moi je dois me forcer à adopter les attitudes d'un amant éperdu d'un autre homme, peut être que Gabriel est plus à l'aise avec le sujet … du moins concernant l'attirance que deux hommes peuvent avoir l'un pour l'autre. Est-ce que je l'attire réellement ? Oui bon … c'est vrai que je me suis déjà demandé si je pouvais plaire aussi bien aux hommes qu'aux femmes. Mais à vrai dire je n'en ai jamais rencontré qui me l'ont fait comprendre clairement. Là … je reste un peu … surpris et néanmoins très curieux. Avoir ce genre de regard posé sur moi, qu'on agisse ainsi avec moi, qu'on me caresse comme ça … ça n'est pas une première. Mais là par un homme … Nul dégoût, juste une grande surprise que je dissimule du mieux que je peux, et une timidité qui vient servir l'interprétation de mon personnage. C'est vraiment bizarre … Son pouce contre ma lèvre éveille un léger frisson et lorsque sa main descend contre mon torse, je me tends légèrement, prenant sur moi pour que cela ne se voit pas. Lentement, pour jouer toujours autant la carte du naturel, j'attrape cette main de ma main libre pour la déposer contre ma hanche. Si sa proximité ne me dérange pas, les mains baladeuses je ne suis pas sûr de pouvoir les assumer suffisamment naturellement pour que ça n'éveille pas les soupçons de l'employé qui semble blêmir un peu plus à chaque fois.
Finalement, il nous propose de nous déposer carrément à Manhattan. Hallelujah.

Un sourire plus large éclaire mon visage avant que je ne réponde.


-Vraiment ? Ca serait super de votre part ça ! M'exclamai-je

Et pour ne lui laisser aucune occasion de revenir sur ses mots, je récupère ma pochette à dessin et tire sur la main de Gabriel pour nous rapprocher de l'employé de gare qui, après avoir un peu bafouillé, nous emboîte le pas pour nous guider jusqu'à sa voiture. Il est tendu. Ca se voit et ça se ressent, à sa manière de marcher, au traits de son visage crispé et à cette manière nerveuse qu'il a de fouiller dans ses poches ou de tordre ses doigts en permanence. Sale gosse que je suis, ça m'amuse et je ne peux m'empêcher de toujours pousser le vice un peu plus loin. Mon regard insolent posé sur le dos de l'homme qui déverrouille les portes de sa voiture, je murmure, toujours suffisamment fort pour qu'il entende :

-Mon dieu, plus qu'une petite heure et enfin …

Je ne termine pas ma phrase mais il comprendrait parfaitement où je veux en venir, surtout au profond soupire évocateur qui la conclut … L'homme se racle la gorge et bredouille à nouveau, osant à peine nous regarder.

-Installez vous je … j'arrive, je vais juste appeler ma femme pour … enfin, installez vous, je reviens.

Sans attendre plus longtemps, l'homme s'éloigne pour passer son appel. J'attends qu'il soit suffisamment loin et lâche un petit rire, coulant un nouveau regard à Gabriel.


-L'est vraiment pas à l'aise …

Ouvrant la portière arrière, je m'incline légèrement dans un geste très théâtrale, digne du plus classe des portiers, adressant à mon compagnon de scène un clin d’œil complice.

-Après toi … chéri !

   

Calvin Everstone
is Magic boy

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 05/03/2017
Localisation : Chez Finn
Emploi/loisirs : Artiste Peintre
Je suis : Père célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Gabriel Shades le Mar 30 Mai - 18:05

"Mmm... Merci mon amour..." Roronnai-je, amusé.

Evidemment que ces manquements dans l'organisation des transports m'agacent... Mais je dois bien reconnaître que je trouve certains avantages à la situation... Je doute d'avoir autant échangé avec le jeune peintre si nous avions pu prendre notre train normalement, même en rejoignant New-York tous les deux. Ou du moins, pas de façon aussi originale... Et je suis ravi de voir qu'il s'amuse lui aussi. J'ai eu de la chance de tomber sur quelqu'un d'aussi ouvert d'esprit.
Comme lui, j'observe de loin l'homme qui allait nous faire office de chauffeur, et pouffe de rire en me faufilant sur la banquette. Je me glisse contre la fenêtre opposée, pour lui permettre de montrer à ma suite, et éviter de faire le tour de la voiture.

Profitant que notre "victime" ce soit éloignée, je me tourne vers Calvin, une fois la portière claquée derrière lui.

"Et bien, il y a de quoi, devant un tel jeu de scène!" M'enthousiasmai-je. "Et toi, je... Ca va?" m'enquis-je sur un ton qui n'avait plus rien de provocateur. "N'hésite-pas à me faire ça voir si... Je vais trop loin pour toi..."

Habituellement, les gens avec qui je flirte s'y attendent. Ils viennent me voir pour ça, sur mon lieu de travail. Et la plupart de ceux qui m'abordent ailleurs dans cette optique ont déjà entendu parler de moi...  Là... Je me suis lancé à l'aveugle, et on ne peut pas dire que ça ait pu être progressif... Malgré une nuance de timidité perceptible dans ma voix à la fin de ma phrase, je lui adresse un clin d'oeil complice

"Enchanté de t'avoir rencontré, Calvin..."

Percevant du mouvement dans mon champ de vision, je fais signe à mon partenaire improvisé que notre public est en approche, et attrape sa main pour lier nos doigts.
L'homme, visiblement embarrassé par la conversation qu'il vient d'avoir, ose à peine nous lancer un regard furtif comme s'il craignait de nous surprendre en pleine... Démonstration. Mon sourire s'élargit.

"Merci Monsieur... Vous n'imaginez pas l'épine que vous nous otez du pied..."

Gabriel Shades
is the crow

avatar
Messages : 63
Age : 25
Date d'inscription : 24/02/2017
Localisation : New-York
Emploi/loisirs : Danseur / Serveur / Barman

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Calvin Everstone le Ven 16 Juin - 15:46


   

   

   
Train trouble

   

   

Il n'y a pas à dire, on fait difficilement plus original comme première prise de contact. C'est le genre de rencontre qui, quelque soit l'issue, restera ancré en nous un bon bout de temps. Si je ne le revois plus après ça, je me souviendrais longtemps de ce jeune homme aux tatouages et à notre jeux de rôle. Bon, jouer les amoureux transit c'est une première, surtout avec un autre homme. Mais c'est plutôt marrant. Pas certain que je réitérerai l'expérience avec quelqu'un d'autre mais là on peut dire que le courant passe suffisamment bien pour que ça ne paraisse pas trop étrange, même avec moi.

L'éloignement de notre chauffeur improvisé nous permet de faire une petite pause dans notre jeu. Et Gabriel en profite pour s'assurer que tout va bien. Je suis touché qu'il prenne le temps pour ça, et je m'empresse de le rassurer.


-Ouais, t'inquiète c'est cool. Bon jamais j'aurai pensé me prêter un jour à ce genre de jeu mais c'est plutôt marrant.

Sur mes lèvres, je laisse traîner un petit sourire qui se voulait rassurant, et même amical parce que franchement même si on a pas beaucoup échangé en dehors de ce petit jeu, je le trouve sympa. Et puis de toute manière je le sens, avec moi ça passe ou ça casse. Et là ça passe très bien.

-Moi aussi Gabriel ! Lui répondis-je avec autant d'enthousiasme que lui.

Franchement, ce petit … « off » me permet d'être encore plus  à l'aise, et reprendre mon rôle beaucoup plus détendu. Au contraire, le chauffeur lui est toujours autant sous pression lorsqu'il s'installe derrière le volant. Le jeu reprend donc. Mon regard se pose sur nos doigts liés et j'adopte ce même air amoureux que je m'étais forgé sur le quai de la gare. Je guide nos mains contre sa cuisse et dépose ma tête sur son épaule, le regard rivé sur le rétroviseur intérieur. Intérieurement, je m'amusais de sa gêne, de ses regards timides et furtifs lancés à notre égard. Il ne sait même pas quoi répondre à Gabriel et se contente de démarrer, prenant la route. Un silence gênant s'installe, enfin gênant … de son point de vue certainement. Et moi je cherche comment tenir mon rôle de manière à ce que ça reste toujours aussi amusant pour mon compagnon et moi. Parce que je pourrais simplement me contenter de rester là, silencieux, donnant juste l'illusion de cette image d'un couple amoureux. Mais je n'oublie pas que nous sommes également un couple qui n'attend qu'une chose, se retrouver enfin seuls parce que séparé trop longtemps … Et puis, c'est beaucoup plus marrant de continuer de pousser le vice … Non ?


-Hm … J'en peux plus d'attendre. Si je pouvais … là tout de suite …

Je fais mine de me tortiller discrètement sur mon siège, comme tentant de canaliser une envie dévorante, luttant vraiment pour ne pas partir dans un fou rire, et je suis d'ailleurs obligé de me mordre la joue pour ne pas nous trahir. J'avais également fait exprès de murmurer suffisamment fort pour être sûr que le chauffeur m'entendrait.

   

Calvin Everstone
is Magic boy

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 05/03/2017
Localisation : Chez Finn
Emploi/loisirs : Artiste Peintre
Je suis : Père célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Gabriel Shades le Mer 21 Juin - 9:44

Je souris à Calvin, ravi d'apprendre que cette improvisation l'inspire, dans une certaine mesure... Et d'ailleurs, je suis agréablement surpris de voir qu'il se prête encore un peu plus au jeu au retour de l'employé de la gare. Je me laisse volontiers guider, un sourire rêveur aux lèvres alors qu'il s'approche un peu plus de moi, venant même ouvertement au contact. La suite me vient immédiatement, quant à l'envie difficilement répressible qui nous habiterait, mais sa phrase résonne dans ma tête et m'encourage à rester... Précautionneux.

Bon jamais j'aurai pensé me prêter un jour à ce genre de jeu mais c'est plutôt marrant.

J'imagine sans mal que ce genre de circonstance pour une première rencontre n'est pas des plus courante, mais au delà de ça, je ne sais même pas si le peintre à la moindre attirance pour les hommes... Mais toujours est-il qu'il semble s'amuser de la situation. C'est déjà une bonne chose.
A ses mots, je pose un regard brûlant sur lui en me tournant un peu pour pouvoir poser ma main libre contre son torse  en mordillant ma lèvre inférieure avant de murmurer à son oreille.

"Plus que quelques minutes avant que le temps ne s'arrête, mon ange..."

Aussi basse qu'elle était, ma voix vibrait de promesses, alors que mes doigts ne rêvaient que de se replier sur le tissu de cette chemise gênante pour s'offrir une meilleure vue sur ce corps qu'ils sont supposés connaitre, désirer, et aimer... Mais ils font l'effort de se contenter de remonter le long du col du jeune homme pour atteindre son cou, de sorte à orienter son visage vers moi. Mes lèvres approchent de la ligne de sa mâchoire, puis de sa bouche, comme pour l'embrasser, mais je ne la touche pas, et pousse un long soupir qui témoigne de la retenue que je m'impose avant de laisser retomber ma main sur sa propre cuisse, tandis que je reprend ma place, le dos contre le siège, et les yeux clos comme si le simple fait de le voir faisait augmenter ma frustration...


Dernière édition par Gabriel Shades le Mer 21 Juin - 10:00, édité 1 fois (Raison : n)

Gabriel Shades
is the crow

avatar
Messages : 63
Age : 25
Date d'inscription : 24/02/2017
Localisation : New-York
Emploi/loisirs : Danseur / Serveur / Barman

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Calvin Everstone le Lun 10 Juil - 7:10


   

   

   
Train trouble

   

   

C'est assez étrange de se faire passer pour gay quand on a jamais été attiré que par des femmes … Mais j'improvise et en le voyant faire, il a l'air de s'y connaître lui. Ou alors il est très bon acteur. Mais je pourrais très bien imaginer qu'il puisse plaire à des hommes. Ou des femmes. J'veux dire, je sais rien de lui. Mais il est assuré et il dégage un truc. Ca c'est certain.

Ses doigts retrouvent ma peau. Je n'ai même pas besoin de me forcer que mon souffle frémit contre ses lèvres, croyant un instant qu'il allait embrasser les miennes. Pour le coup, je dû prendre fortement sur moi pour ne pas reculer et … mes joues ont chauffé, indéniablement. En même temps, il est venu vachement près, et j'ai vraiment cru que … qu'il allait m'embrasser. C'est totalement fou et encore une fois je dois me retenir pour ne pas éclater de rire. Pas le même genre de rire que je réprime depuis le début … Mais un rire nerveux. M'accoudant à la fenêtre, je cache le bas de mon visage dans ma main tatouée, l'autre restant sur sa cuisse. Au moins, ça pouvait continuer à paraître crédible. Deux amants à l'arrière d'une voiture, qui se retiennent pour ne pas se jeter l'un sur l'autre, par décence envers le pauvre employé de gare qui s'est reconverti en chauffeur le temps d'un trajet jusqu'à Manhattan. Alors, ils luttent pour maintenir une distance raisonnable sans pour autant se lâcher, l'un cachant ses rougeurs et ce sourire crispé dans sa main. Pour encore plus de réaliste, je finis par ouvrir la vitre et soupire volontairement bruyamment même si la brise qui s'engouffre dans l'habitacle me fait réellement du bien.

Je jette un regard à mon acolyte avant de me reporter sur les lumières de Manhattan que nous commençons à apercevoir au loin. Ca aurait été une femme, j'aurai eu encore moins de barrière, je l'aurai certainement fait grimper sur mes genoux, me serait amusé à flirter avec ses lèvres, mais là … non, ça n'est pas possible. Et puis, je pense qu'on lui a suffisamment donné de sueurs froides au pauvre homme.

Me penchant vers lui, je lui donne l'adresse d'un des hôtels du quartier, lui indiquant la route à suivre, n'ayant pas lâché la main de Gabriel une seule fois.


   

Calvin Everstone
is Magic boy

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 05/03/2017
Localisation : Chez Finn
Emploi/loisirs : Artiste Peintre
Je suis : Père célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Train troubles... (Gabriel & Calvin)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
is


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum